• Version
  • Télécharger 1
  • Taille du fichier 1.09 MB
  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 17 juin 2021
  • Dernière mise à jour 18 juin 2021

Communique de presse

COMMUNIQUE  DE  PRESSE

N°01/SCM/2017

Nous ,  Organisations  de  la  Société  Civile  du  Maniema  œuvrant  dans  le  secteur  des  ressources  Naturelles,  sommes  profondément  préoccupées  par  la  note  No DGDA/DG/DTRO/DG/2017 du  Directeur  Général  de  la  DGDA  demandant  à  ses  services  d’exécuter  impérativement    les  prescrits  de la  loi des  finances  imposant  aux  entités  de  traitement   le  paiement  de  droit  de  sortie  de  10 % à  l’exportation  des  produits  miniers  marchands  au  lieu  de  1 % fixé  par  le  code  minier .

En effet ,  contrairement  à  beaucoup  d’autres  Provinces  de  la  RDC , le  Maniema  vit  essentiellement  des  activités  du  secteur  minier  artisanal  qui  procurent  à  la Province  le  gros  de  son  budget   annuel  tout  en  occupant  ,  directement  ou  indirectement  une  frange  très  importante  de  la  population  des  six  territoires  sur  les  sept  que  compte  le  Maniema.

Soumettre  les  quelques  entités  de  traitement  opérationnels  au  Maniema  à  ce  régime  fiscal  dont  le  taux  est  particulièrement  exorbitant  au  regard    des  moyens  forts  limités   dont  disposent  les  opérateurs    miniers artisanaux  revient  tout  simplement   à  mettre  fin  à    l’artisanat  minier  formel  au  Maniema  avec  comme  conséquences   néfastes  prévisibles :  l’asphyxie  de l’économie du Gouvernement  Provincial , la  remise  en  question   de  la  traçabilité  et  donc  du  commerce  responsable  des  produits  miniers  au  Maniema,  le  départ  des  grands  partenaires   techniques  et  financiers  du  secteur , nous  citons  ITSCI , BGR ,  Comptoirs , la  paralysie  des  services  techniques , le  chômage  des  dizaines des  milliers  des  jeunes ,  l’aggravation  de  la  pauvreté  avec  le  risque   potentiel   de  la  naissance  des  groupes  armés  suite  aux  mécontentement  des  communautés  …

N’oublions  surtout  pas  que  ce  nouveau  régime  fiscal    qui  a    été expérimenté  au  Grand  Katanga   a   été  un  échec  cuisant    et  a  porté  un   coup  sérieux  à  l’artisanat  minier[1].

Au  vu  de  ce  qui  précède,  nous  demandons :

  • A Son Excellence  Monsieur  le  Ministre  des  Finances,  d’être  attentif  à  l’appel  de  son  collègue  Ministre  en  charge  des  mines,  mais  aussi   aux  avertissements  de  la  Société  Civile   et d’instruire  le  Directeur Général de la DGDA de sursoir  la  mesure  de  la  note n° DGDA/DG/DTRO/DG/2017/0309 du 20 Juillet 207.
  • Au Premier  Ministre  Chef  du  Gouvernement,  de  se  saisir de  la  question  et  d’instruire  le  Ministre  des  Finances  de  sursoir  la  mesure  du  Directeur  DGDA et  de  revenir  au  Parlement  pour  obtenir  l’assouplissement  de la disposition  de  la  loi  des  finances 2017.
  • Aux Honorables  Députés   Nationaux  et  Sénateurs ,  de  revoir  la  disposition de la  loi  des  finances  n° 14/027  du  31  décembre  2014 portant Loi des finances pour l’exercice 2015, spécialement son article, qui a placé les Entités de Traitement dans le régime de droit commun, les assujettissant  ainsi au paiement des droits de sortie de 10 % à l’occasion de l’exportation de leurs produits miniers marchands, car  trop  d’impôt  tuent  l’impôt  dit-on.
  • Aux partenaires et entités de traitement de continuer à dialoguer avec les autorités Gouvernementales dans le souci de trouver une solution durable.
  • Au Gouvernement provincial de s’impliquer pour qu’il y est un aboutissement heureux à ce problème.

 

Kindu, le 20 octobre  2017

Pour les Organisations de la Société Civile du Maniema/Thématique Mines

Liste en annexe.

[1] Correspondance de L’excellence Monsieur le Ministre National des Mines adressée à son collègue des finances le 12 Septembre 2017 sur le régime fiscal des entités de traitement portant le N°/Ref. : CAB.MIN/MINES/01/1189/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *